La princesse maudite / Julie Kagawa

La princesse maudite / Julie Kagawa

Les Royaumes invisibles, Tome 1 

Quatrième de couverture : Ethan a disparu… A la veille de son seizième anniversaire, Meghan découvre qu’on a enlevé son petit frère. Dans le même temps, elle apprend qu’elle est une fille fée, la princesse maudite d’un royaume invisible dont il lui faut franchir la porte si elle veut retrouver Ethan. Prête à tout, Meghan accepte de passer de l’autre côté du miroir au risque de sa vie. Et, sitôt transportée dans la forêt magique, elle voit se dresser en travers de sa route le prince Ash, le plus dangereux des êtres dangereux qui peuplent les royaumes invisibles… 

Avis : Voilà un tome sympathique à lire, qui nous plonge dans le monde des fées à la manière d’Alice aux pays des merveilles. Même si l’histoire est assez prévisible, j’avoue que l’auteur a réussi à m’immerger dans son récit et à me passionner par son intrigue : Meghan arrivera-t-elle à sauver son frère ? Et réussira-t-elle à se sauver elle-même de ce royaume invisible, pas aussi paisible qu’il en a l’air ? 

L’univers créé par l’auteur est loin d’être original. On en retrouve des similaires dans certaines œuvres d’urban fantasy, notamment dans la série de Laurel K. Hamilton, Merry Gentry. Néanmoins, nous ne sommes pas du tout dans le même registre. C’est, ici, plus soft et plus jeunesse, mais les enjeux politiques et la guerre de pouvoir entre les deux cours des fées, les Seelie et les Unseelie, sont les mêmes. Une semi-humaine, semi-fée va semer la pagaille et chambouler la fragile paix établie dans le royaume. Elle va bouleverser les cœurs et la loyauté de certains des sujets de ces deux cours. Julie Kagawa a très bien su maîtriser et rythmer son récit. De plus, l’écriture fluide nous permet de rentrer facilement dans l’histoire. 

L’héroïne est une jeune fille charmante, douce, gentille, elle a tout d’une sainte. Son plus gros défaut, c’est sa naïveté, ainsi que son fort manque de rébellion. Malgré cela, et surtout grâce à beaucoup d’aide d’alliés inattendus, elle réussira à se sortir de tous les pièges et tentatives d’assassinats qui vont pleuvoir à son encontre. Grimalkin, l’un de ses nouveaux amis, est un chat malin, sournois et très intelligent que j’aime beaucoup. L’ « association » qu’il forme avec Meghan est assez louche lorsqu’on connaît les règles qui régissent le royaume invisible : un merci ou une demande d’aide vous engage à devoir rendre un service ou une faveur en retour à la personne et accepter tout ce qu’elle vous demandera, que ce soit votre premier né, un souvenir, vos yeux… Il est donc bien difficile pour l’héroïne, lorsqu’on connait son tempérament, de ne pas se fier à la première personne gentille et serviable qu’elle rencontre ou de ne pas remercier. Au bout de ces aventures, après de nombreux sacrifices, elle sera changée à jamais, que ce soit physiquement ou mentalement. Elle sera plus forte, mais toujours soumise à des choix cruciaux pour son avenir. 

Un tome simple et léger, qui est loin d’être extraordinaire et révolutionnaire, mais l’auteur a très bien su construire son récit pour le rendre vivant, palpitant, prenant et nous mener tambour battant dans la quête de notre héroïne. Ce premier volume à l’univers riche suscite notre curiosité, mais pour l’instant, je ne suis pas sûre de lire la suite de cette série. 

Roman édité par les éditions Darkiss – Traduit par Lucie Perineau

3 comments

  • Je trouve justement que la référence au monde fantastique à travers d'autres œuvres est un point fort. J'ai adoré redécouvrir/découvrir certains personnages et les rapprochés de leur oeuvre originel.
    Grimalkin est mon personnage favoris, c'est d'ailleurs pour ca que mon chat se prénomme ainsi, ce qui n'est pas forcement de trés bonne augure.

    Il me reste le dernier tome à lire et j'ai vraiment apprécié la série malgré peut etre quelques lenteurs

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *