Rennes-le-Château / Félix, Gastine & Smulkowski

Rennes-le-Château / Félix, Gastine & Smulkowski

L’héritage du diable, Tome 1

Quatrième de couverture : Paris, 1938. L’amour existe, Constant l’a rencontré. Elle s’appelle Juliette. Après une nuit passée en sa compagnie, la belle s’est envolée. Cinq ans plus tard, il retrouve la jeune fille figurant sur une reproduction d’un tableau du XVIIe siècle, « Les Bergers d’Arcadie », qu’il achète à prix d’or. Pour des raisons plus sournoises, l’œuvre fascine également les proches du Führer, persuadés qu’elle cache un secret qui donnerait un pouvoir hérité du diable lui-même. Et ces gens-là sont prêts à tout pour parvenir à leurs fins…

Avis : Voilà une BD que je n’ai pas du tout apprécié, ni pour ses dessins, ni pour son histoire. Pourtant, en voyant la couverture et en lisant le résumé, je m’attendais à quelque chose dans le style d’un Indiana Jones au féminin. Malheureusement, ce n’est vraiment pas le cas.

Dès le début, l’histoire ne m’a pas semblé crédible mais au contraire complètement irréaliste. L’ensemble est très cliché et caricatural. Les méchants sont des nazis qui cherchent un moyen de pression sur l’église afin qu’ils approuvent leurs actes ignobles et leur guerre. Ils partent alors en quête d’un « pouvoir hérité du diable ». Ajouté à cela, les personnages sont assez pathétiques, surtout celui de Constant. Il part à la recherche de son amour perdu, qu’il a cru retrouvé en regardant un tableau datant du 17e siècle. Invraisemblable, me direz-vous ? C’est également ce que j’ai pensé tout le long de ma lecture.

Cette BD est en tout, même dans son intrigue, fade, prévisible et sans peps. Rien ne nous tient en haleine. Même la fin n’a pas réussi à soulever en moi un quelconque intérêt pour cette histoire et à me donner envie de lire la suite. J’ai trouvé dans l’ensemble, cette œuvre assez pathétique.

BD éditée par les éditions Grand Angle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *