Cicatrices / Runberg, Pellé

Cicatrices / Runberg, Pellé

 Orbital, Tome 1 

Résumé de l’éditeur : Caleb et Mézoké forment un binôme exemplaire : c’est la première fois dans l’histoire de la galaxie que leurs peuples respectifs accèdent à cet honneur. Les Sandjarr, le peuple de Mézoké, s’étaient tenus à l’écart des instances politiques intermondiales jusqu’à ce que les guerres humano-sandjarr éclatent. Les humains avaient été écartés jusqu’à présent des plus hautes instances. Leur binôme revêt donc une importance symbolique.
À peine sortis de leurs séances d’entraînement, les voilà embarqués pour leur première mission. Ils partent pour Senestam où un groupe de parias humains tentent d’exploiter illégalement une mine détenue par les Jävlodes.

Avis : Ce tome est bien pensé et construit. Il fait preuve d’originalité dans son approche de la singularité et l’insignifiance de l’humanité face à différentes créatures qui peuplent l’univers créé par les auteurs. L’être humain est considéré comme l’espèce la plus malfamée. Ils exercent alors les métiers les moins nobles, tels que barmans ou membres de la sécurité ou encore « techniciens de surface ».

Caleb va changer la donne en étant le premier homme à intégrer la prestigieuse Office Diplomatique International (ODI). Il va y subir les affres du racisme et des préjugés. Il est l’objet de remarques acerbes et de coups-bas. Heureusement, il pourra compter sur Mézoké. Une alliée inattendue lorsqu’on sait que le peuple de cette dernière a été pratiquement anéanti et massacré par les humains. Mais le binôme qu’elle forme avec Caleb au sein de l’ODI, lui impose de soutenir son coéquipier, si elle veut respecter les règles qui régissent cette structure et se montrer exemplaire.

Suite à leur intronisation, Caleb et Mézoké vont se voir attribuer une mission des plus délicates. Ils doivent œuvrer avec le plus grand doigté pour faire quitter à une minorité humaine l’une des lunes de la planète Upsall, Senestam. Car derrière l’envie du peuple des jävlodes de récupérer leur lune, il y a une affaire de gros sous. En effet, Senestram se trouve être riche en trélium, un minerai convertible en carburant. Voilà, un sujet des plus transposables dans notre société actuelle et qui, nous l’espérons, ne verra pas les plus forts et les plus riches s’en sortir vainqueur.

Comme vous pouvez vous en doutez, la mission diplomatique de Caleb et Mézoké se révèle des plus corsée, notamment lorsqu’un nouveau joueur se mêle à la partie en cours de route. Nos deux coéquipiers vont-ils réussir à accomplir leur mission et surtout, en ressortir vivant ? On aimerait bien le savoir, car le danger semble venir de partout et particulièrement de là où on ne l’attend pas. Les humains ne sont peut-être pas, tout compte fait, l’espèce la plus redoutable et redoutée de l’univers.

La fin de ce tome nous laisse sur notre faim. C’est un très bon premier volume de présentation, très riche et intéressant. Il est intelligemment mené et scénarisé. Une jolie découverte, qui donne envie de poursuivre notre plongée en Orbital.

BD éditée par les éditions Dupuis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *