Troisième tombe tout droit  / Darynda Jones

Troisième tombe tout droit / Darynda Jones

Charley Davidson, Tome 3

Quatrième de couverture : Vous savez, ces mauvaises choses qui arrivent aux gens bien ? C’est moi.
Moi c’est Café… euh, Charley. Et il me faut plus de café. Le sommeil, c’est l’angoisse : Reyes, le fils du Diable chaud comme l’enfer que j’ai emprisonné pour l’éternité, hante mes cauchemars. Je crois qu’il me hait. Mais est-ce que les criminels accepteraient de me laisser tranquille le temps que je règle ça ? Bien sûr que non. Un type veut que j’enquête sur sa femme disparue… sauf que je suis sûre que c’est lui qui a fait le coup. Si j’arrive à m’injecter le café en intraveineuse, je devrais pouvoir le prouver. Sauf si mon grincheux de père revient à la charge pour me faire changer de métier parce que détective privée c’est trop dangereux. Bon d’accord, je manque de me faire tuer une fois par semaine, mais c’est pas une raison. Je suis super comme détective… et comme Faucheuse !
Café ?

Avis : L’histoire reprend 2 semaines après la fin du tome 2. Encore une fois, c’est un tome où Charley doit mener de front une enquête pour son agence de détectives privés et une autre, qui concerne de près son cher « ami » Reyes. Professionnellement, elle doit retrouver une femme disparue. Je vous vois venir, vous allez me dire que c’était déjà le cas dans le tome 2 et que quand même, Darynda Jones pourrait se renouveler. Oui, mais non. Car si ces 2 intrigues ont effectivement le même point de départ, elles n’en sont pas moins complètement différentes l’une de l’autre. Et le résultat n’est pas du tout redondant. Quant à Reyes… C’est très dur d’en parler sans spoiler, car il se passe beaucoup de choses. Mais, ce que je peux vous dire c’est qu’il prouve encore une fois qu’il a du (mauvais) caractère à revendre et qu’il n’est pas du genre à se laisser faire. Quitte à faire n’importe quoi !

La valse entre les deux affaires est très bien dosée. On passe de l’une à l’autre sans à coup, avec ce même mélange action-humour réussi que l’on avait dans les tomes précédents. La famille et les amis de Charley ont toujours une importance prépondérante sur sa vie. Certains la soutiennent indéfectiblement, quand d’autres s’obstinent à lui mettre des bâtons dans les roues. Dans ce tome, nous allons enfin faire la connaissance du fameux gang de motards « propriétaire » de l’asile où vit Rocket, l’ami ectoplasmique de Charley. Et comme vous vous en doutez, cette confrontation sera assez comique. Il est vrai, qu’il y a quelques points de détails qui manquent de logique dans le scénario, mais en même temps, l’histoire est tellement drôle et dynamique, qu’on arrive sans soucis à en faire abstraction. Les romans de Charley Davidson sont faits pour la détente, et non pour le sérieux ou la prise de tête.

Un tome à lire, qui fait avancer les choses, que ce soit du point de vue de l’intrigue de fond (la guerre arrive !) ou des relations des personnages. Révélations, rebondissements, nouveaux contacts, on ne s’ennuie pas une minute.

Roman traduit par Isabelle Pernot – Édité par Milady 

5 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *