Là où les mots n’existent pas / Erik L’Homme

Là où les mots n’existent pas / Erik L’Homme

A comme association, Tome 5

Quatrième de couverture : Alors qu’ils profitent tous les deux du soir de Noël, Ombe et Jasper sont les victimes d’une attaque violente. C’est un choc terrible pour Jasper, qui se retrouve seul et affaibli. Déterminé à découvrir l’identité de leurs mystérieux agresseurs, obnubilé par l’idée de se venger, Jasper se lance dans une folle poursuite. Mais comment atteindre son but quand l’Association vous lâche, et qu’on ne peut compter pour survivre que sur un vampire peureux, une harpie revêche et les livres de sorciers disparus depuis longtemps ? Il faudra à Jasper beaucoup de courage pour surmonter les obstacles qui se dressent devant lui, à commencer par sa propre colère et son immense chagrin…

Avis : J’ai un avis mitigé concernant ce tome. J’aime, comme d’habitude, le style léger et humoristique de l’auteur, mais, ici, je l’ai trouvé en complet décalage avec les évènements sombres qui sont racontés. Un style moins enfantin, plus posé aurait été un bien meilleur choix dans le rendu du récit. Je n’ai également pas trop apprécié les petits chapitres commémoratifs à Ombe et aux souvenirs qu’à Jasper de cette dernière. Je trouve que cela n’apporte rien à l’intrigue et qu’ils n’ont également que peu d’intérêt également pour les lecteurs. Le scénario n’est déjà pas bien épais, alors si en plus, l’auteur consacre quelques-unes des pages du roman à raconter de vieux souvenirs au lieu d’approfondir son histoire et donner plus de détails à certains points de l’intrigue… Je ne suis pas d’accord. Même s’il est vrai, qu’Erik L’Homme commence à nous dévoiler quelques indices et à faire quelques révélations.

Par contre, j’aime beaucoup les passages mettant en scène Walter et Mme Rose. Eux, qui étaient si souvent montrés dans les tomes précédents, comme des chefs froids et insensibles, sont présentés, ici, sous un jour différent. On les découvre plus attentionnés, soucieux et touchés par leurs recrues et ce qui a pu leurs arriver. C’est assez touchant à lire.

Dans ce volume, Jasper est assez égal à lui-même : inventif, débrouillard, fidèle en amitié, courageux et surtout, très doué pour la magie. En revanche, ses jeux de mots étaient parfois, je trouve, assez déplacés. On sent bien que l’auteur veut ainsi alléger l’atmosphère sombre du récit, mais cela tombe à plat à chaque fois.

Ce cinquième tome ne m’a pas réellement séduite, mais il m’a tout de même donné envie de connaître la suite. En effet, le dénouement mis en place par l’auteur, relance l’intrigue, le suspense et donc, notre intérêt.

Roman édité par les éditions Gallimard/Rageot (Jeunesse).

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *