Mordue / Michelle Rowen

Mordue / Michelle Rowen

couverture de Mordue de Michelle Rowen

Sarah Dearly, Tome 1

Quatrième de couverture : Dure semaine. Mon rendez-vous d’enfer… venait vraiment de l’enfer et il m’a mordue ! Je suis devenue une vampire. Mais j’ai tout de même rencontré un homme ce soir-là. Il est sexy, il a six cents ans et il est suicidaire. Personne n’est parfait, pas vrai ? Nous avons passé un marché : il m’apprend les ficelles du monde des vampires et je l’aide à se tuer. Bon, c’est pas gagné avec un immortel, mais je sais que je peux le convaincre que la vie vaut la peine d’être vécue… avec moi de préférence ! Sauf que pas mal de gens veulent nous faire la peau, à commencer par ces chasseurs de vampires, ces crétins qui ne comprennent rien à rien. Enfin bon, si tout se passe comme prévu, j’aurai un cavalier au mariage de ma cousine !

Avis : Voilà un roman sans grande surprise, mais qui s’est révélé, cependant, plaisant à lire. Au départ, j’avais l’espoir d’une histoire un peu recherchée, moins légère et d’avoir affaire à une héroïne plus réfléchie et moins matérialiste que ne le laisse penser la couverture. En tout cas les premiers chapitres le laissent espérer. Malheureusement, c’est une histoire bien classique de bit-lit.

L’histoire et l’héroïne se révèlent assez souvent superficielles. Cette dernière est sympathique, mais elle agit comme elle respire, sans réfléchir. Néanmoins, on voit bien qu’il ne lui manque pas grand-chose pour la rendre moins futile. Mais l’auteur se contente de surfer sur la vague (Queen Betsy, Accro du shopping,…), et de brosser le portrait d’une fille sympa, intelligente, mais qui se comporte comme une cruche à tout bout de champs. C’est vrai que, du coup, le ton est léger et fluide et rend l’œuvre facile à lire. L’approche du vampirisme est même innovante, mais ce manque de profondeur gâche tout de même notre plaisir à lire ce roman.

En résumé, l’histoire est banale, prévisible et reprend tous les schémas vus et revus de la bit-lit : une jeune femme belle et naïve qui suscite l’intérêt de tous et surtout des hommes les plus forts et les plus dangereux. Et bien sûr, nous ne réchappons pas non plus à l’éternel trio amoureux. Une histoire divertissante, qui se lit sans trop réfléchir, mais qui a le bon côté d’être accrocheuse et rapidement lue. Toutefois, ce n’est pas une raison suffisante pour que je lise la suite. Même ma curiosité s’en remettra.

Roman édité par les éditions Milady – Traduit par Anne-Virginie Tarall

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *