Frenchman / Patrick Prugne

Frenchman / Patrick Prugne

Résumé de l’éditeur : Octobre 1803… Dans un paisible village de Normandie, des sergents recruteurs arrivent tambour battant. À l’appel de leurs noms, les jeunes hommes de la région partent grossir les rangs de l’armée du premier consul Bonaparte. À l’autre bout du monde, la Louisiane vient d’être cédée par la France à la jeune nation américaine. Enrôlé comme tant d’autres pour assurer la “pacification” de ces contrées sauvages, Alban, un jeune paysan, doit bientôt embarquer pour la Nouvelle-Orléans. Ce garçon plein de fougue, encore imprégné des idéaux de la Révolution, fait parler la poudre pour défendre un jeune esclave. Arrêté, emprisonné, il risque l’échafaud. Un trappeur français, Toussaint Charbonneau, lui sauve la vie et l’entraîne avec lui dans une expédition qui changera le cours de leurs existences.

Avis : J’ai un vrai coup de cœur pour cette BD, notamment et surtout pour le talent de dessinateur et de peintre de Patrick Prugne. J’ai mis un temps fou pour lire cette BD, car j’ai admiré la qualité de chaque image. C’est vraiment magnifique. J’avais beaucoup aimé la précédente œuvre de l’auteur, Canoë Bay, où on voyait déjà le talent à l’état pur de Patrick Prugne. Mais, ici, je trouve qu’il a réussi à magnifier son histoire grâce à des aquarelles splendides, des couleurs chatoyantes qui nous transportent aisément dans le Nouveau Monde, au temps où Bonaparte vendit La Louisiane aux anglais. On sent la plénitude, le calme des paysages. L’auteur arrive facilement à nous plonger dans son histoire et à nous donner le sentiment, comme nos héros, de traverser les forêts et les plaines remplies de bisons, ces terres habitées par les indiens qui vivent encore à peu près en maître sur leur territoire.

L’histoire est touchante, mais ne tombe pas dans la niaiserie. Tout est parfaitement dosé et maitrisé. En lisant cette BD, on n’est pas submergé par les dialogues. L’auteur s’est mis en accord avec l’histoire qu’il nous raconte. Une fuite en avant, où les personnages se meuvent discrètement et dans le silence. Tout est en total adéquation : le peu de dialogues, les paysages magnifiques et déserts où seule la nature et ses habitants tiennent compagnie aux deux personnages. Ce silence omniprésent n’est pas du tout gênant, il nous laisse le temps d’admirer les dessins, de nous imprégner de l’atmosphère.

En tournant la dernière page, j’en voulais plus, mais j’en avais déjà pris pleins les yeux. L’histoire est simple et efficace et très bien relatée par Patrick Prugne. C’est une BD magnifique qui est à découvrir assurément. Dans tous les cas, feuilleter-là et délectez-vous du talent de l’auteur.

BD éditée par les éditions Daniel Maghen

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *