1984 / George Orwell

1984 / George Orwell

couverture de 1984 de george orwell

Quatrième de couverture : De tous les carrefours importants, le visage à la moustache noire vous fixait du regard. Il y en avait un sur le mur d’en face. BIG BROTHER VOUS REGARDE, répétait la légende, tandis que le regard des yeux noirs pénétrait les yeux de Winston… Au loin, un hélicoptère glissa entre les toits, plana un moment, telle une mouche bleue, puis repartit comme une flèche, dans un vol courbe. C’était une patrouille qui venait mettre le nez aux fenêtres des gens. Mais les patrouilles n’avaient pas d’importance. Seule comptait la Police de la Pensée.

Avis : On découvre cette société totalitaire par les yeux de Winston Smith. On est en 1984. Enfin, peut-être… à 1 ou 2 ans près. Membre du Parti, Winston travaille au ministère de la Vérité. Il fait parti de ces petites mains qui « mettent à jour » le passé. Livres, journaux, affiches… Tout y passe. Car Big Brother, la figure tutélaire du mouvement ne peut prédire que ce qui est véritablement arrivé. Mais Winston s’interroge. Comment était réellement ce passé ? Était-ce vraiment pire qu’aujourd’hui ?

Voilà une œuvre étonnante, retraçant un monde froid et maîtrisé. Les personnages sont effrayants d’insensibilité, prêts à toutes les exactions. La vie n’est rien, autrui ne compte pas. L’homme est nié dans son individualité. Il se doit d’être orthodoxe. La sexualité ne sert qu’à la reproduction de l’espèce. Seuls Big Brother et le Parti comptent. Tous les jours, les Deux Minutes de la Haine vous le rappellent. C’est un monde où ne règne ni amour, ni compréhension, ni compassion, ni lumière, ni beauté. C’est la suprématie d’un obscurantisme dément et volontaire. Le gouvernement est passé maitre dans l’art délicat du lavage de cerveau de masse. La liberté est une illusion. Les télécrans sont partout, on ne peut faire confiance à personne, la délation est la norme. La police de la Pensée peut se cacher derrière chaque individu. On apprend aux enfants l’art de l’espionnage dès le plus jeune âge. Et leurs premières victimes sont, bien souvent, leurs parents.

Le Parti contrôle l’Histoire, le Parti contrôle la langue (à quoi serviraient des mots qui exprimeraient des idées qui n’existent pas ?), le Parti vous contrôle.

1984 est une référence dans le roman d’anticipation. L’expression « Big Brother vous regarde » fait désormais partie du langage courant. Et c’est assurément un livre à découvrir. J’ai trouvé ce roman vraiment intéressant, plein d’excellentes idées que l’on pourrait considérer comme visionnaires. Cependant, j’avoue m’être passablement ennuyée. J’avais l’impression par moments d’être en train de lire un livre de philosophie.

« La guerre c’est la paix.
La liberté c’est l’esclavage.
L’ignorance c’est la force. » 

Roman traduit par Amélie Audiberti – Édité par Folio 

8 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *