La machine à écrire la mort / Collectif

La machine à écrire la mort / Collectif

couverture de La machine a écrire la mort

Quatrième de couverture : Elle est capable de prédire la façon dont vous allez mourir à partir d’un échantillon de votre sang. Elle ne se trompe jamais et manie l’ironie avec un sadisme inouï. Elle, c’est la Machine de la Mort. Celle qui, depuis son invention, a bouleversé la face du monde. D’un simple mot imprimé sur un morceau de carton, elle délivre sa sentence : « cancer », « accident », « amande », « piano »…
Outil de pression pour les patrons qui ne souhaitent pas garder des employés destinés à mourir d’une overdose, instrument politique pour évincer son concurrent, critère sélectif pour choisir son mari ou ses amis à l’école (il faut avouer que certaines morts sont beaucoup plus cool que d’autres), la Machine soumet tout le monde à la même tyrannie. Car s’il est bien une chose difficile, c’est de continuer à vivre quand on connaît la fin, de faire confiance à ses amis quand on sait qu’on finira assassiné, de s’acharner à vouloir déjouer la fatalité… en vain.
Avec ces 34 chroniques de morts annoncées, entrez dans le monde impitoyable de la Machine…

Merci aux éditions Fleuve Noir pour cette lecture

Avis : Une machine capable de prédire votre mort… Voici le point de départ de ce recueil de nouvelles, né de l’idée de trois auteurs : Ryan North, Matthew Bennardo et David Malki !. Ils ont alors organisé sur internet un grand concours de nouvelles, dont 30 sont publiées ici. Les 4 restantes ont été écrites par les organisateurs eux-mêmes. Cette diversité d’auteurs produit, malgré un thème central commun, des nouvelles toutes très différentes les unes des autres et complètement originales. 100 % novateur, audacieux, insolite, parfois cocasse, parfois émouvant ou sinistre, voilà une œuvre à découvrir assurément !

On ne sait jamais à quoi s’attendre en tournant les pages de ce livre. Certaines chroniques font preuves d’un humour très fin ou, au contraire, d’une ironie mordante. D’autres encore sont plutôt lugubres ou tragiques. Certaines chutes sont vraiment excellentes, tandis que plusieurs se font remarquer, au contraire, par leur absence. Nous rencontrons des médecins, des soldats, des terroristes, des lycéens, des pères de familles, des frères, des sœurs… Tous, touchés par les prédictions de la machine. Une machine qui a le sens de l’humour. Un humour noir, macabre, mais de l’humour quand même.

L’air de rien, cet ouvrage fait réfléchir son lecteur. S’interroger sur sa propre mortalité et sur l’inéluctabilité du destin. Quelles conséquences pour l’humanité ? À quoi cela sert-il de connaître l’avenir si l’on ne peut rien y changer ? Les auteurs imaginent de manière très variée l’effet que ces morts annoncées peuvent avoir sur les hommes et la société. L’une des nouvelles pourraient d’ailleurs servir de commencement à un roman dystopique des plus effrayants.

Et vous, souhaiteriez-vous savoir ?

Roman traduit par Maxime Berrée – Edité par Fleuve Noir

Le tome 2 est en préparation.

10 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *