Le voleur d’âmes / Jana Oliver

Le voleur d’âmes / Jana Oliver

couverture de Le voleur d'âmes de Jana Oliver

Devil City, Tome 2

Quatrième de couverture : Piégeur de démons : un métier dangereux et exclusivement masculin.
Pourtant c’est la carrière qu’a choisi Riley Blackthorne.
Après une féroce bataille contre des créatures surpuissantes, les rangs des piégeurs sont décimés. Même si ses collègues commencent enfin à la considérer comme leur égale, Riley est amère. Elle n’a pu empêcher la profanation de la tombe de son père. Les autorités la soupçonnent de tremper dans un trafic d’Eau bénite. Son petit ami vire mystique. Quant à Beck, la seule personne susceptible de l’aider, il persiste à se conduire comme un sombre crétin.
Riley est une survivante… et elle fera tout pour prouver au monde entier qu’elle n’est pas responsable des malheurs qui frappent Atlanta.

Avis : J’avais eu un coup de cœur pour le premier tome de cette nouvelle série. Qu’en est-il de la suite ? Et bien… j’adore ! j’adore ! Je ne suis pas du tout déçue. Les personnages sont toujours aussi attachants et l’intrigue prend en profondeur. C’est le genre de roman qu’on lit le sourire aux lèvres.

C’est donc avec beaucoup de plaisir que j’ai replongé dans l’univers chaotique de Riley et Beck avec Le voleur d’âmes. Ce sont réellement 2 personnages que j’apprécie beaucoup. Beck ne sait plus où donner de la tête, obsédé par l’idée de protéger Riley, la seule famille qui lui reste au monde tandis qu’elle n’en fait qu’à sa tête et ne cesse de le repousser, exaspérée par son autorité. Ces deux là me font beaucoup rire. Je crois qu’il ne doit pas y avoir une seule de leurs conversations qui ne se termine pas par des cris ! Mais Beck est loin de pouvoir se concentrer uniquement sur Riley, sa petite tête de mule. Car avec les pertes qu’à subi la Guilde, elle manque cruellement d’hommes. Beck prend alors du galon plus tôt que prévu. Ses responsabilités augmentent comme maître Stewart le prépare à devenir maître à son tour. Et il aura fort à faire, entre les journalistes qui lui tournent autour et les chasseurs qui arrivent en ville. Envoyés par le Vatican pour « régler la situation », ils mettront bien des bâtons dans les roues de tout le monde. Surtout qu’ils sont accompagnés d’un curé vraiment pas sympathique.

Riley, quant à elle, court dans tous les sens pour tenter, à la fois de retrouver son père et de résoudre le mystère des fausses bouteilles d’eau bénite. Elle est jeune, et manque encore de maturité et d’expérience et on le sentira bien dans ce tome. Seule, elle aura bien du mal à différencier ses alliés de ses ennemis. En pleine rébellion contre Beck, elle n’aura que Simon vers qui se tourner. Sauf que Simon ne se remet pas de l’attaque. Sa peur se mêle à son incompréhension et à sa culpabilité. Riley ne reconnaîtra plus son si gentil petit ami dans cet être pétri de colère et de rancœur.

Toujours aussi drôle et vivant, Le voleur d’âmes accroit encore le mystère autour de l’Enfer, des anges et de la raison pour laquelle tout ce monde-là tourne autour de la famille Blackthorne. L’intrigue s’épaissit et en même temps, on en apprend plus sur la mythologie inhérente à ce monde. On ne s’ennuie réellement pas une minute. L’auteur a même réussi à me surprendre. Certains évènements n’ont pas du tout tourné comme je l’avais imaginé. C’est donc avec une grande impatience que j’attends désormais la suite !

Roman traduit par Nenad Savic – Edité par Castelmore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *