Garen / Etienne Willem

Garen / Etienne Willem

couverture de Garen de

L’épée d’Ardenois, Tome I/IV

Quatrième de couverture : En 1084, lors de la bataille du mont Quergnon, le roi de Bohan, Tancrède l’ancien. Armé de la lame de l’aube, terrassa Nuhy, le seigneur à l’armure noire. Après cinq années de guerre, les royaumes de Valdor, d’Herbeutagne et de Bohan étaient à nouveau libres. En gage de paix éternelle, Tancrède distribua les pièces de l’armure noire à ses alliés et capitaines. Ainsi parle la légende. C’était il y a vingt ans…

Avis : Pour résumer mon impression en finissant cette BD, je dirais que c’est une histoire mignonne et très sympathique à lire. Tout d’abord, parce que les dessins et les couleurs laissent transparaître douceur et tendresse, et c’est la même chose pour les personnages. Ce sentiment est exacerbé par l’impression d’à avoir sous les yeux, une adaptation livresque d’un film de Walt Disney. D’ailleurs, on pourrait y voir celle de Robin des Bois, mêlée de références à Merlin l’enchanteur ou encore à Brisby et le secret de nimh. Toutefois, c’est un tout autre récit qui nous est conté.

Au début de ma lecture, j’ai eu beaucoup de mal à entrer dans l’histoire et à l’apprécier. J’ai même trouvé que les 2/3 de la BD étaient assez légers. J’avoue aussi, avoir eu des soucis pour différencier les gentils des méchants. Mais ce petit défaut est aussi, paradoxalement, une des qualités de
cette BD, car le récit est riche de nombreux protagonistes. Et, lorsque l’histoire est lancée, rythmée par de nombreux combats, nous sommes captivés et les pages défilent rapidement.

Les dessins sont nets, précis et sans bavures, et sont magnifiés par des couleurs pastels et tendres. Le tout nous donne la sensation de basculer dans le merveilleux et l’imaginaire. Un petit hic, tout de même à signaler dans les dessins, ce sont les représentations des personnages. Ces derniers ne sont pas, pour moi, aussi sympathiques et mignons qu’ils devraient l’être (ou qu’on s’attendrait qu’ils soient), en regard de l’atmosphère dégagée par la BD.

Même si les personnages sont assez caricaturaux, cela ne dessert pas l’histoire, leurs personnalités sont même idéales pour le sujet traité. Nous avons alors un ours grincheux et impulsif, un renard bonne patte très porté sur la nourriture, une fouine gentille, mignonne et intelligente, et enfin un lapin encore tout jeune, mais qui fait preuve déjà des grandes qualités de Chevalier. Cela vous fait penser, peut-être aux 3 mousquetaires et bien à moi aussi, car leur credo est bien «  Un pour tous et tous pour un ».

Comme vous l’avez compris, il y a de nombreux clins d’œil, peut-être involontaires de la part de l’auteur, mais ils plairont assurément aux lecteurs qui cherchent une jolie histoire mettant en avant l’amitié, le courage et l’honneur. A la dernière page tournée, on ressort forcément séduit et bien tenté de découvrir la suite.

BD éditée par les éditions Paquet

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *