Le sang des anges / Nalini Singh

Le sang des anges / Nalini Singh

couverture de Le sang des anges de Nalini Singh

Chasseuse de vampires, Tome 1 

Quatrième de couverture : « Je suis Elena Deveraux et j’ai beau être la meilleure chasseuse de vampires du moment, je ne suis pas sûre d’être à la hauteur de mon prochain job. Mon employeur étant le terrifiant Raphael, Archange à la beauté redoutable, je n’ai aucun droit à l’erreur… même si c’est mission impossible. Cette fois, ce n’est pas un simple vampire rebelle que j’ai à chasser. C’est un Archange déchu. Quand les Archanges jouent, les mortels cassent ».

Avis : J’ai beaucoup aimé ce premier tome. L’auteur a su créer un univers original, notamment dans la création des vampires. De plus, le style de Nalini Singh rend l’œuvre très prenante. L’intrigue est très bien construite, et en peu de pages, on est vite pris dans l’histoire.

On suit donc avec plaisir les pas d’Elena, l’héroïne. Surtout qu’elle nous est rapidement très sympathique. C’est une jeune femme rejetée par sa famille, qui s’est forgée, en raison de son passé, un caractère tenace. Son histoire nous est confiée bribe par bribe, image par image, tout en gardant un brin de mystère sur ce conflit familial. Elena est à la fois forte et fragile. Elle est aujourd’hui chasseuse de vampires, malgré l’avis des siens. Elle s’est créé une famille de remplacement, une qu’elle a choisi. Ce sont des amis fidèles, qui la soutiennent et la comprennent. Elle peut compter sur eux, comme eux sur elle. Ils s’entraident et se protègent réciproquement. Lorsque l’importance de son dernier contrat se révèle, elle pourra se fier à eux. Cependant, ils deviendront ainsi des proies bien alléchantes pour son nouveau commanditaire. Heureusement, grâce à son opiniâtreté, à ses qualités de chasseuse, elle arrivera à tenir tête à ce dernier, mais cela ne sera pas sans y laisser quelques plumes.

Sa nouvelle mission va changer sa vie et lui montrer que tout ce qu’elle croyait savoir et connaître, ne sont, en fait, que de fausses vérités. Bien des choses sont cachés aux simples mortels, et les êtres, qu’ils vénèrent comme des dieux, sont peut-être plus terrifiants et manipulateurs qu’ils ne le croient. L’auteur réussit parfaitement à ménager le suspense tout au long de notre lecture. Le dénouement était dans l’ensemble assez prévisible, mais cela n’a pas porté préjudice au roman. Surtout que Nalini Singh finit son récit sur un coup de théâtre, un rebondissement inattendu.

Toutefois, il faut souligner quelques désagréments à cette lecture. Tout d’abord, des soucis dans la narration (erreur de l’auteur ou de la traductrice ?). Certaines phrases étaient parfois mal formulées et se sont révélées assez peu compréhensibles. Par ailleurs, on passe à plusieurs reprises de façon assez abrupte (parfois d’une phrase sur l’autre) d’un récit à la première personne à un récit à la troisième. Ce n’est pas trop gênant, mais cela entraîne une petite confusion qui nous amène à nous demander quel personnage on suit. Enfin, le dernier défaut frappant de cet ouvrage, ce sont les dialogues assez crus, lorsque les personnages abordent le thème des relations sexuelles. Ce langage n’est, ici, en rien nécessaire et justifié et dessert un peu le livre.

Malgré, ces quelques anicroches, j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre et j’espère que le tome suivant sera dans la même lignée, voire mieux encore.

Roman édité par les éditions J’ai Lu (Darklight) – Traduit par Luce Michel

2 comments

  • Pour ma part j'ai tout de même eu assez de mal avec cette lecture. Tout comme toi les dialogues crus m'ont fortement dérangés, non pas que je sois prude hein, mais je les ai trouvé très mal utilisés. Et puis la construction du livre m'a paru franchement bizarre. Bref j'ai le tome 2 dans ma PAL depuis un moment et aucune envie de l'en sortir :).

    Reply
    • Oui, le style d'écriture était vraiment bizarre. Entre les phrases parfois assez incompréhensibles et ce langage cru et vulgaire, j'ai eu un peu de mal. Heureusement que l'histoire et l'intrigue tenaient la route et étaient prenantes.
      J'avoue que l'on m'a prêtée la suite, et tout comme toi, je ne suis pas pressée de la sortir de ma PAL !

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *