Le trône de fer / George R. R. Martin

Le trône de fer / George R. R. Martin

Le trône de fer, Tome 1

Quatrième de couverture : après avoir tué le monarque dément Aerys II Targaryen, Robert Baratheon est devenu le souverain du royaume des Sept Couronnes. Tandis qu’en son domaine de Winterfell, son fidèle ami le duc Eddard Stark rend paisiblement la justice. Mais un jour, le roi Robert lui rend visite, porteur de sombres nouvelles : le trône est en péril. Stark, qui s’est toujours tenu éloigné des affaires du pouvoir, doit alors abandonner les terres du Nord pour rejoindre la cour et ses intrigues. L’heure est grave, d’autant qu’au-delà du Mur qui protège le royaume depuis des siècles, d’étranges créatures rôdent…

Avis : Avant de m’attaquer à ce monument de la littérature fantastique, j’ai commencé par regarder la première saison de l’adaptation tv qui m’a beaucoup plu, et c’est ce qui m’a décidée. Malheureusement cela a été, à la fois, un avantage et un inconvénient. Un avantage, car je n’ai pas du tout été perdue par le nombre de personnages et le monde crée par l’auteur. Je m’y suis retrouvée tout de suite et je n’ai eu aucun problème pour me situer. Mais un inconvénient, car l’adaptation est vraiment fidèle et que par conséquent, au début, il n’y avait pour moi aucune nouveauté donc aucun suspens ni surprise. Heureusement, il n’est pas possible de tout mettre dans une saison de 10 épisodes et le livre devient rapidement plus détaillé, d’autant que chaque chapitre est consacré à un personnage.

Nous découvrons la toile moyenâgeuse à travers les yeux de 3 familles : les Stark, les Lannister et les Targaryen. Les seuls qui, étonnamment, n’ont pas droit de parole dans ce tome sont les Baratheon, les détenteurs actuels du trône. La famille Stark est celle que nous côtoierons le plus. À travers les parents d’abord, Eddard et Catelyn. Eddard est un fidèle ami du roi depuis toujours, il l’a aidé à monter sur le trône en son temps et n’hésite pas aujourd’hui, à répondre à son appel à l’aide. C’est un homme d’honneur qui a de hautes valeurs. On ne peut que le respecter. J’ai eu plus de mal avec la mère. Son aversion pour les enfants nés hors mariage est horripilante. Parmi leurs 6 enfants, nous nous attachons particulièrement aux pas de Sansa, Arya, Bran et Jon Snow, le bâtard d’Eddard. Je les ai tous aimés, sauf Sansa. C’est une péronnelle aveuglée par la beauté et le pouvoir. Sa jeune sœur Arya est son exact opposé, et c’est l’un de mes personnages préféré. Véritable garçon manqué, elle préfère apprendre l’art de l’épée que celui du point de croix. Viens ensuite, Tyrion Lannister dit le Lutin. Dernier né de l’une des familles les plus puissantes et les plus retorses des Sept Couronnes, il est méprisé par les siens à cause de sa difformité. Frère de la reine Cersei et du Régicide, doté d’un esprit acéré, c’est un personnage trouble qu’on a du mal à situer, mais que j’ai beaucoup apprécié. Enfin, Daenerys Targaryen est, avec son frère Viserys, la dernière représentante de la maison des dragons. De l’autre coté de la mer, ils préparent leur retour pour reconquérir le trône. À noter que les enfants, sont bien plus jeunes que dans la version télévisuelle, ce qui est assez déstabilisant au début. Là, où je connaissais des adolescents où de jeunes adultes, je retrouve véritablement des enfants. Le plus vieux a seulement 14 ans.

Dans ce premier tome, commence le récit d’une histoire foisonnante où complots et manipulations en tous genres donneront bien du fil à retordre à tous ces personnages complexes. Les intrigues s’entremêlent. C’est un écheveau politique sans pitié qui se déroule ici et dont les pions sont tous, loin d’afficher leurs couleurs. Pendant que certains devront affronter un véritable nid de vipères à Port-Réal, Jon devra lui faire face à la terrible réalité du Mur. La Garde de Nuit a cruellement besoin d’hommes. On ne leur envoie plus que coquins et autres criminels. Mais seuls les gens du Nord ont encore conscience que « l’hiver vient ». Dans le Sud, on est beaucoup plus préoccupé par les fêtes et les luttes de pouvoir.

Dans ce tome il y a peu d’éléments fantastiques, à part la durée des saisons et les Autres, êtres mystérieux et terrifiants qui vivent au-delà du Mur, et que nous ne voyons que dans le prologue. Le style, je pense, en déroutera certains, voire les rebutera carrément. Le langage utilisé est désuet, adapté à l’époque, avec des phrases longues aux tournures parfois alambiquées. Il a cependant le mérite de nous imprégner complètement dans cette atmosphère moyenâgeuse. En tout cas, c’est une réussite pour moi. Après des débuts difficiles, j’ai complètement adhéré à l’histoire et j’ai maintenant hâte de connaitre la suite. L’auteur a crée un monde tellement bien dessiné et prenant qu’on met longtemps à en sortir.

2 comments

  • Zut, tu n'as lu que le tome 1 ? En voyant ce tome dans la liste des bouquins, je me disais déjà que je pourrai enfin joyeusement causer spoiler avec quelqu'un :'(

    J'ai lu le tome 1 (Intégrale, je ne lis que les intégrales VO en fait) suite à la saison 1 de la série et j'y ai retrouvé les mêmes inconvénients et avantages que toi : on s'ennuie un peu parce qu'on sait tout ce qui va se passer, mais au moins on ne se perd pas dans les personnages.
    J'avais au contraire lu le 2 avant de voir la saison et ça a aussi ses bons et mauvais côtés : l'attente IN-SOU-TE-NA-BLE de certaines scènes, et la déception en en voyant d'autres (là encore, je ne spoilerai pas au cas où tu n'aurais pas regardé).

    En tout cas, les bouquins sont incroyables, je te conseille vivement de pousser la lecture aux tomes suivants si ce n'est déjà fait. Je sors du 3 et, malgré les longueurs au début, les rebondissements sont énormes 🙂

    Ah, et pour ce qui est du style, le traducteur y est pour beaucoup (ce qui m'a d'ailleurs poussée à me pencher sur la VO) : trouvant le style de Martin trop "pauvre", il aurait décider de "moyen-âgiser" le récit. Je n'ai pas eu l'occasion de faire une vraie comparaison, et certains disent que c'est une excellente traduction, mais j'estime que ce n'est pas le boulot d'un traducteur de retravailler le style de l'auteur… Paraît même qu'il a traduit "direwolf" par "loup-garou"…

    Reply
    • Oui, je n'avance pas vite ^^ Je pense finir l'intégrale 1 cet été.
      Quant à la série, j'ai arrêté de la regarder car je ne voulais pas me spoiler sur la suite avant de lire les livres 😉
      Pour le style, même si je trouve qu'il apporte indéniablement quelque chose au roman, je suis d'accord que ce n'est pas le rôle du traducteur. Il me semble qu'il devrait au contraire rester le plus fidèle possible à l’œuvre originale.

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *