L’empire ultime / Brandon Sanderson

L’empire ultime / Brandon Sanderson

Fils-des-Brumes, Tome 1

Quatrième de couverture : Vin ne connait de l’Empire Ultime que les brumes de Luthadel, les pluies de cendre et le regard d’acier des Grands Inquisiteurs. Depuis plus de 1000 ans, le Seigneur Maître gouverne les hommes par la terreur. Seuls les nobles pratiquent l’allomancie, la précieuse magie des métaux.
Mais Vin n’est pas une adolescente comme les autres. Et le jour où sa route croise celle de Kelsier, le plus célèbre voleur de l’Empire, elle est entraînée dans un combat sans merci. Car Kelsier, revenu de l’enfer, nourrit un projet fou : renverser l’Empire.

Avis d’Ella : Un excellent premier tome qui a su me toucher, m’émouvoir, me frustrer, me passionner et me séduire. J’ai vraiment eu un véritable coup de cœur pour ce chef d’œuvre qui met en scène un univers riche et savamment agencé et, des personnages charismatiques et émouvants. Comme pour Elantris, tout est réfléchi, minutieusement travaillé et très bien rendu. Et on se plonge allégrement dans cette histoire et ses intrigues.

Le récit est porté par deux protagonistes, que j’ai tout de suite adoré et admiré, Vin et Kielser. Ils sont fortement attachants de par leur passé et de par leur volonté de renverser l’Empire. Vin a 16 ans. Elle est skaa et voleuse et, a vécu sa jeunesse dans la rue. Elle a subi les affres de celle-ci, ce qui l’a rendue craintive, timide et prête, à tout moment, à ce qu’on la trahisse. Elle ne connaît que la misère, la faim et les coups. Le monde dans lequel elle essaie de survivre, de même que les autres milliers de skaa, est dur et semble sans espoir jusqu’au jour où elle rencontre Kielser. Il va lui donner le goût de l’espoir et celui de vivre pleinement, grâce au plan fou qu’il projette de réaliser : libérer les skaa du joug de l’empereur. Elle va alors découvrir ce que sont des amis, une « famille » auxquels on peut faire confiance et sur lesquels on peut compter. Grâce à eux, elle va enfin trouver ce qu’elle espérait le plus, un foyer, un lieu chaleureux qu’elle pourra considérer comme son chez soi. Elle va s’épanouir, exploiter ses pouvoirs latents tout en découvrant l’envers du décor.

Kielser est un authentique survivant et un vrai héros. Son charisme, son optimisme, sa générosité, sa gentillesse et le sourire qu’il accroche à tout moment à son visage, ont le don parfois d’énerver ses amis. Eux, sont plus terre à terre, mais sa volonté les booste. Là où les autres voient des difficultés, lui voit tous les possibles. Il mène son groupe par force de convictions dans ce projet fou, qui semble impossible à réaliser. Car après des millénaires d’asservissement, le peuple skaa a fini par croire que l’Empereur est Dieu et qu’il est invincible et immortel. Mais à aucun moment, lui, ne baisse les bras. De par son passé, il ne le peut et ne le veut. Une part de Kielser reste tout le long du roman assez insaisissable. On sent bien qu’il a « un plan dans le plan » et, qu’il le cache à ses amis. Et lorsqu’on découvre enfin tous ses mystères, on préférerait qu’il n’y ait pas pensé. L’auteur, avec ce personnage, a su nous attendrir et à nous attacher fortement à lui. Il a réussi à m’émouvoir jusqu’aux larmes. L’histoire de Kielser est poignante et Brandon Sanderson montre, avec lui, ses talents de conteur.

L’autre capacité de l’auteur est de créer un monde original et riche. Il parvient magnifiquement à nous y plonger, à nous faire nous sentir dans la peau de ses héros, oppressé par la misère des skaa et, à nous passionner pour la quête de Kielser. Le rythme du récit est soutenu. On a vraiment l’impression qu’il y a toujours quelque chose qui se passe : un événement, une trahison, une attaque ou une exécution. On est toujours dans l’action et, par cela, ainsi qu’en raison de l’histoire passionnante, ce roman est très addictif. On n’arrive pas à le lâcher et quand malheureusement cela nous arrive, nous n’avons qu’une seule hâte, reprendre notre lecture.

Comme vous avez dû vous en douter, j’ai adoré ce premier tome. On ne peut que féliciter l’auteur, qui a su magnifier son histoire et l’intrigue, par le très gros travail entrepris sur ses personnages et son univers. Tout est très abouti et dans l’émotion. Le récit nous prend à la gorge. Je suis sortie de cette lecture, émue, passionnée avec une très grande envie de m’y replonger.

Avis de Zina : Depuis le temps que j’entends vanter les mérites de cet auteur et de cette série en particulier, notamment par Ella, il était temps que je les découvre ! Et je dois dire que je ne peux que me rallier à la majorité : Brandon Sanderson nous présente ici un récit dense et maitrisé, à l’univers construit et aux personnages forts.
Son intrigue est particulièrement bien pensée, puisque même si elle démarre d’une manière assez classique – avec une jeune-fille se découvrant un pouvoir et qui est entrainée dans une histoire qui la dépasse – elle a en réalité commencé il y a un millénaire. Car pour avoir une chance de vaincre le Seigneur Maître, nos héros devront avant tout le comprendre, découvrir qui il est et comment il s’est élevé à cette position. Cela renforce encore la quête des personnages, qui s’insère dans quelque chose de plus grand. Le décor est parfaitement posé pour une trilogie d’envergure.
Le passé des protagonistes est lui aussi, ici, extrêmement important. C’est lui qui a fait d’eux ce qu’ils sont aujourd’hui et qui leur donne la force d’entreprendre ce projet fou. À ce niveau-là, j’ai eu une affection particulière pour Kelsier. Sa gouaille, sa force de conviction et son esprit retors en font un chef des plus charismatiques. Et ses blessures le rendent profondément attachant. Les autres membres de la bande sont tout aussi intéressants, chacun ayant son caractère propre et chacun nous faisant profiter de sa spécialité magique.
Le système de magie mit en place par l’auteur est vraiment très original. L’allomancie est basé sur l’ingestion de certains métaux ; cela donne aux personnages la possibilité de développer des capacités hors-norme comme la traction, la manipulation des émotions ou la force. Les personnes capables d’utiliser tous les métaux, extrêmement rares, sont appelés Fils-des-brumes.
Le rythme est soutenu et de nombreux rebondissements accompagnent notre lecture. Fomenter une révolte au sein d’un peuple soumis et sans espoir n’est pas de tout repos, particulièrement lorsque l’adversaire dispose de la supériorité numérique et magique. Les Inquisiteurs sont particulièrement impressionnants.
Les seuls points qui m’ont laissé dubitative et qui m’ont semblé un peu faciles, concernent l’histoire d’amour et le sort des nobles à la fin du récit. Mais ce sont vraiment des points de détails, car j’ai passé un très bon moment à lire ce livre et c’est avec plaisir que je lirai la suite.

Roman publié aux éditions Orbit – Traduit par Mélanie Fazi 

10 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *