Le baiser du rasoir / Daniel Polanski

Le baiser du rasoir / Daniel Polanski


Basse-Fosse, Tome 1

Quatrième de couverture : Basse-Fosse. La ville du crime.
Les hors-la-loi sont rois, les femmes, fatales. Disparaissez, et les gardes s’assureront que personne ne vous retrouvera jamais.
Prévôt est dealer. Il a été soldat. Il a été agent de la Couronne. Il a tout vu, et même pire. Difficile de trouver âme plus tourmentée.
Il est aussi le plus à même de traquer l’assassin qui sème derrière lui les corps d’enfants horriblement mutilés. Un sinistre jeu de piste, où le chasseur pourrait devenir proie.

Avis : J’avais réellement très envie de lire ce livre et je dois dire que je suis assez déçue. Ne vous méprenez pas, c’était sympa mais je m’attendais tellement à quelque chose d’explosif que je suis restée sur ma faim. Pour commencer, la magnifique couverture, des plus sanglantes, et le résumé, m’avait laissée entrevoir une histoire bien plus sombre que celle que j’ai trouvée. Ou alors c’est moi qui, à force de lecture devient insensible ! Basse-Fosse est un quartier dur et sans concession où règne une misère noire et crasse, où la loi du « chacun pour soi » s’applique le plus souvent… c’est vrai, mais je m’attendais à quelque chose d’encore plus noir. Vu son sujet, j’ai trouvé que l’auteur restait relativement soft. Ceci dit, le monde qu’a créé Daniel Polanski est vraiment très réaliste et réussi et, sans l’existence des démons, on pourrait facilement se croire dans un Londres victorien.

Prévôt, est un héros atypique, loin d’être « sans peurs et sans reproches ». Il fait partie de la race des survivants, qui ne recule devant aucune violence même s’il n’en n’a pas pour autant perdu son humanité. Orphelin, enfant des rues qui a du lutter avec âpreté pour survivre, il a connu les champs de bataille avant de réussir à se faire une place dans l’élite de la police, pour finalement retourner dans le caniveau. Comment ? Pourquoi ? Nous n’en savons quasiment rien, à part qu’une femme est au cœur de sa rétrogradation. Désormais, c’est un dealer qui utilise ses propres marchandises pour tenter d’oublier les démons qui le hantent. Et s’il était le meilleur quand il faisait partie des Forces Spéciales, le souffle de farfadet, la drogue locale, ne lui a malheureusement pas fait de bien aux neurones ! Mais c’est un personnage sympathique, doté d’un humour cynique que l’on a plaisir à suivre. Quant aux personnages secondaires, ils sont bien dessinés, mais ils manquent pour l’instant de profondeur. J’espère notamment que celui de Pinson sera plus développé dans les tomes à venir, car il est porteur d’un très gros potentiel.

Si l’ambiance et les règles qui régissent Basse-Fosse sont claires et bien développées, c’est un peu plus flou en ce qui concerne tout ce qui l’entoure, que ce soit le pays, la monarchie ou les croyances de la population. J’ai d’ailleurs regretté l’absence de carte au début du livre, qui aurait permis de mieux situer les éléments.

Le premier roman de Daniel Polanski est servi par une écriture simple et efficace. Cependant, j’ai trouvé que le rythme était assez lent, bien que le nombre de personnes cherchant à éliminer Prévôt ne cesse d’augmenter. Et même si l’auteur part d’une excellente idée, je regrette particulièrement le dénouement de l’intrigue, car je l’ai vu arriver à des kilomètres. Toutefois, je pense que je lirai la suite, car c’est un livre divertissant qui a beaucoup de qualités, même si, pour moi, il a manqué d’un petit quelque chose pour que j’accroche vraiment.

7 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *