Le voleur aux esprits / Rachel Aaron

Le voleur aux esprits / Rachel Aaron

La légende d’Eli Monpress, Tome 1

Quatrième de couverture : Eli Monpress est un incorrigible voleur. Mais pas n’importe quel voleur : il est le plus grand de son temps, car Eli est aussi un magicien puissant, capable d’animer les objets. Aujourd’hui Eli est sur le point de tenter le plus gros hold-up jamais réalisé : voler le roi de Mellinor, un pays dont les lois interdisent la magie. Le plan d’Eli est audacieux. Pourtant c’est sans compter sur la magicienne Miranda Lyonet : déterminée à protéger le royaume, elle veut faire arrêter Eli. Et quand le frère aîné du souverain, un redoutable magicien banni de Mellinor, décide de conquérir le trône, les affaires se corsent…

Avis : Voilà le premier tome d’une nouvelle série fort prometteuse ! L’intrigue est assez classique et, même si l’écriture est fluide, elle ne marquera pas par sa poésie. Pourtant, ces quelques petits « défauts » passent vite inaperçus face à l’originalité du monde crée et à la galerie de personnages mise en avant.

Dans un monde où les humains partagent la terre avec les esprits contenus dans toute chose (épée, porte, eau…), Eli Monpress est un voleur, un grand voleur. Mais un voleur peu banal. Lui, il ne cherche pas la discrétion. Au contraire ! Bien que sa tête soit déjà mise à prix pour 20 000 étalons-or, c’est loin d’être suffisant pour satisfaire l’ambition d’Eli. Lui, il veut valoir 1 million d’étalons-or ! Dans le but d’augmenter la rançon sur sa tête, il décide de kidnapper un roi. Bien sûr, rien ne se passera comme prévu ! Mais, Eli et ses acolytes sont bien d’accord, si tout se déroulait toujours selon le schéma établi, ce ne serait pas vraiment drôle et ils risqueraient de s’ennuyer !

Parmi les humains, il y a les normaux et les magiciens, qui ont la capacité de communiquer avec des objets inanimés. Et parmi ces derniers, différents types se distinguent : les spirites, qui passent un contrat avec l’esprit, les asservisseurs, qui les contrôlent par la force, et… Eli, quoi qu’il soit ! Les personnages sont une grande force de ce roman. Notamment le trio de tête. Car Eli est accompagné de deux inséparables amis : Josef, un bretteur hors-pair et Nico, une jeune fille aux pouvoirs démoniques. Très mystérieux, ils sont vraiment très intriguant et attachants. Encore à peine approchés, j’aurais aimé en savoir plus sur leur passé. Sur Eli, bien sûr, mais également sur ses deux acolytes. Qui sont-ils ? Quelles sont leurs motivations ? Comment se sont-ils rencontrés et associés ? Particulièrement avec la démonengeance, Nico. Qu’est-ce qui la lie si étroitement à Josef ? Comment Josef arrive-t-il à la contrôler ? Cependant, il faut reconnaître que cette parcimonie de renseignements réussit parfaitement à susciter l’intérêt et la curiosité. Car loin d’être creux, l’auteur arrive à nous faire ressentir tout le poids de leurs passés. Miranda quant à elle, est une spirite. Elle travaille pour la Cour aux Esprits et, est chargée d’arrêter Eli. J’ai eu moins de sympathie pour elle. Elle est trop rigide, trop accrochée à ses sacro saintes règles. Pour elle, tout est tout noir ou tout blanc. Et je trouve qu’elle a tendance à manquer d’empathie envers les humains (en tout cas pour le trio). On dirait qu’elle la réserve à ses chers esprits. Les autres personnages, même s’ils sont intéressants, sont peu fouillés.

Plus j’avançais dans ma lecture et plus j’avais de plaisir à lire et envie de connaître la suite. Le mystère entourant les personnages s’épaissit et l’on brûle d’en savoir plus. De plus, déjà très rythmé tout au long du roman, la fin est carrément épique. On ne pourra pas reprocher à Rachel Aaron de bâcler son dénouement comme à certains autres auteurs. J’ai vraiment hâte de connaître la suite et de les retrouver. Même Miranda, sur qui je m’interroge pour l’accueil qu’elle va recevoir à son retour à la Cour aux Esprits.

6 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *