La grâce de Kushiel / Jacqueline Carey

La grâce de Kushiel / Jacqueline Carey


Imriel, Tome 3

Quatrième de couverture : Imriel et Sidonie renoncent enfin à la clandestinité. Mais l’aveu de leur amour s’apprête à précipiter le royaume dans le plus grand tumulte. Car les D’Angelins n’ont pas oublié les crimes de la mère d’Imriel, la perfide Melisande. Aussi la reine Ysandre impose-t-elle une condition absolue à l’union des amants. Imriel doit accomplir un acte de foi : retrouver sa mère et la ramener en Terre d’Ange pour qu’elle y soit exécutée.
Mais tandis que Sidonie et lui se préparent à une nouvelle séparation, une force étrangère venue de loin étend son ombre sur le royaume.
Les deux amants survivront-ils à cette nouvelle menace ?

Avis : Jacqueline Carey a encore su créer une histoire originale et prenante, pleine de clins d’œil à son premier roman se passant dans le monde de Kushiel, La marque. Ou comment refermer la boucle entamée avec Phèdre et Joscelin.

Terre d’Ange est à nouveau en grand danger. Une sombre magie est à l’œuvre et le pays, comme ses habitants, auront besoin de toute la miséricorde de Kushiel pour s’en sortir. Les épreuves d’Imriel sont loin d’être terminées. Il devra encore partir loin de chez lui pour tenter de sauver ceux qu’il aime, s’allier à d’anciens ennemis et surtout, il devra d’abord se perdre lui-même pour avoir une chance de réussir la mission la plus importante de sa vie.

Les intrigues politiques sont au cœur de l’action et seule la force de l’amour pourra sauver toute une nation du chaos qui le menace. Car il ne faut pas défier les d’Angelins sur les questions de l’amour. Sidonie et Imriel sont au centre de cette histoire. Je ne me trompais pas quand je disais lors de ma chronique du tome 2, qu’il s’agirait ici pour Imriel, de garder son amour.

La guilde invisible, dont on avait appris l’existence dans L’héritier de Kushiel, refait ici parler d’elle. Cependant, je m’attendais à ce qu’elle ait un rôle plus prépondérant à jouer dans cette histoire. Et, en cela, je suis un peu déçue. Car au final, on ne sait pas grand-chose de plus qu’au départ.

Si j’ai été passionnée par la première partie – le sortilège, l’île de Cythéra puis Carthage – qui est vraiment excellente, j’ai trouvé la suite un peu en deçà, notamment la partie en Aragonia. Même si elle était nécessaire à la cohérence du récit, elle était un peu longue, et comme Imriel et Sidonie, j’avais hâte de retourner en Terre d’Ange. Cependant, une fois que nous y avons été, cette partie a pour moi, manqué d’un peu de souffle. Bien que j’aie été touchée par le sort réservé à nos héros et par leurs épreuves, je n’ai pas vraiment réussi à être happée par les rebondissements. Je pense également que le récit à souffert de trop nombreux rappels des évènements des tomes précédents, qui l’ont alourdi.

A l’instar de son univers, l’écriture de Jacqueline Carey est toute en finesse et pleine de magie. Encore une fois, nous sommes complètement dépaysés et transportés. C’est vraiment une auteure que je recommande, si vous n’avez pas peur de plonger dans une histoire foisonnante qui se déroule sur de nombreux tomes.

Les éditions Bragelonne, nous confirment qu’ils publieront le dernier cycle de la série, Naamah. Très certainement courant 2013.

2 comments

  • je ne lis pas pour le moment la critique vu que je ne l'ai pas lu et que je ne veux aucune indication, aucun spoiler sur cette série 🙂

    maintenant faut croiser les doigts pour que Namaah soit traduit ! (ça se passera en alba avec les descendants de Alais ^^)

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *