Frey / Chris Wooding

Frey / Chris Wooding


Frey, Tome 1

Quatrième de couverture : Frey est le capitaine de la Ketty Jay : un séducteur invétéré et une fripouille notoire. Avec son groupe d’aventuriers, ils vivent d’activités illégales en se cachant des frégates de la Coalition. Entre les coups de feu, les lames bien affutées, et même la magie noire, la mort n’est jamais loin. Aussi, lorsque Frey entend parler d’un navire chargé d’un trésor qui a tout d’une proie facile, il croit que sa fortune est faite. Mais l’opération tourne mal et notre ami devient l’ennemi public numéro un, avec toutes les forces de la Coalition a ses trousses…

Avis : Je ne suis pas une spécialiste, car je lis très peu de SF, mais pour moi ce roman se rapproche plus de ce style, bien qu’il soit classé en fantasy. Il m’a beaucoup fait penser à Star Wars et à son personnage Han Solo avec le Faucon Millénium.

Frey et son équipage forment une sacré bande de bras cassés. Ils se considèrent d’ailleurs, eux-mêmes, comme du menu fretin. Tous, sont réunis sur la Ketty Jay car ils fuient quelque chose. Ils viennent d’univers différents et chacun est intéressant à sa manière. En plus, l’auteur prend le temps de les développer : de Pinn, qui rêve de gloire, mais n’a rien dans le ciboulot, à la mystérieuse Jez, seule femme de l’équipe et nouvelle recrue. Et surtout, Frey. Même s’il me rappelle Han Solo, il est loin de lui ressembler par le caractère. Au début du roman, il n’est pas très sympathique. Pour lui, c’est chacun pour soi et ce n’est pas vraiment sa conscience qui l’étouffe. De plus, il est du genre à s’apitoyer sur son sort. Il n’est le capitaine, que parce que le vaisseau lui appartient. Si Chris Wooding donne de la matière à ses héros (même le chat a une personnalité !), Frey est le seul qu’il fait réellement évoluer. Cette aventure le fera grandir et mûrir.

L’intrigue se déroule lentement, mais avec justesse. Et même si, au fil de la lecture, on en devine quelques éléments, cela ne gâche en rien le plaisir. Ce tome est bourré d’action et, on n’a pas le temps de s’ennuyer. Les hommes tombent comme des mouches sur le passage de la Ketty Jay.

L’écriture est vive et bourrée d’humour. J’ai vraiment eu plaisir à lire ce roman que je conseille pour passer un bon moment de détente. À savoir que même s’il s’agit d’une série, chaque tome contient une histoire indépendante des autres.

Le tome 2, L’épave perdue, est sortie chez Bragelonne, au mois d’octobre dernier.

1 comment

  • Ce livre peut aussi bien être classé en Fantasy qu'en SF je pense. En tout cas j'ai moi aussi passé un bon moment avec ce livre mais rien non plus d'exceptionnel du à une intrigue un peu trop linéaire et avec peu de surprises.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *