La légion des stryges / Fabien Clavel

La légion des stryges / Fabien Clavel

Le miroir aux vampires, Tome 2

Quatrième de couverture : « Pourquoi tu ne réponds pas, Bérénice ? Je t’ai tout dit de mon année passée, je me suis confiée à toi en sachant que si quelqu’un pouvait m’épauler, ce serait bien ma frangine. Et pourtant, on dirait que je me suis trompée. J’ai quand même envie de te raconter ce qui se passe dans ma vie. J’ai été prise en prépa littéraire à Gustave-Caillebotte. A part le fameux miroir que j’ai pu récupérer, j’ai rapporté très peu d’affaires dans ma petite chambre parisienne où je ne fais que bosser. En fait, j’essaie de ne pas trop réfléchir, parce qu’entre Nora qui a disparu, plusieurs SDF retrouvés exsangues juste à côté de chez moi et mes rêves étranges, il y a de quoi faire ! Tu vas dire que je suis parano, mais à force, je me demande si tout ça n’est pas lié. Du coup, je repense sans cesse à ce qui s’est passé avec les vampires l’an dernier, et j’ai l’impression que mes pouvoirs se réveillent ».

Avis : L’histoire débute lentement, mais lorsque l’intrigue et l’action se mettent en place, on n’arrive plus à lâcher le livre des mains. Car le suspens monte crescendo et nous tient en haleine jusqu’à la dernière page.

Au début, on a vraiment l’impression que l’auteur réutilise les mêmes stratagèmes que pour le premier tome afin de garder sous pression le lecteur. Il alterne le courrier de Léa à sa sœur Bérénice, avec, cette fois-ci, le journal intime d’un jeune homme du 17e siècle et les rapports d’observations des stryges.

On retrouve Léa, à Paris, qui suite aux vacances d’été et l’obtention de son bac, rentre à Hypokhâgne. Elle redémarre son train-train habituel : son dévouement à ses études et ses lettres à sa sœur. Et elle est toujours aussi seule. En se faisant une amie parmi ses camarades, se répète alors, le schéma du premier tome et l’amitié qu’elle s’était faite avec Nora. Au fil des jours, elle sent ses pouvoirs de stryges revenir à elle, et avec, son envie de courir et de voler. Ce qui annonce les ennuis. Et en effet les prémices d’une guerre s’annoncent. Heureusement, elle ne sera pas seule dans son combat. Mais peut-elle vraiment compter sur ses nouveaux alliés ? Ne serait-elle pas tout simplement manipulée depuis le début par tout le monde ?

Léa est toujours aussi courageuse. Malgré sa solitude et l’absence de soutien de tous ses proches, et même de celui de sa sœur, elle reste une combattante. Elle l’est d’autant plus pour les êtres qui lui sont chers, comme elle l’avoue elle-même dans le roman. L’héroïne est vraiment attachante parce qu’elle semble être comme tout le monde. Elle est simple et sans prétention. Et on a envie de la soutenir lorsque les autres, que ce soit ses alliés ou ses ennemis, la déconsidèrent, la dévalorisent pour son ignorance et ses faiblesses en tant que stryges comme pour sa relation « contre nature ». Mais elle fait face aux jugements et se concentre sur l’essentiel : son combat contre les vampires. Dans sa lutte contre l’ennemi, elle s’aperçoit qu’on la manipule pour mieux l’utiliser, pour mieux régner. Elle se retrouve alors de nouveau seule, piégée entre les deux camps qui s’opposent et se confrontent. Elle fait front et met tout en œuvre pour défaire les plans et les projets mis en œuvre.

Un très bon roman, très bien écrit, qui est aussi sombre que le premier tome, sans cette impression d’enfermement. L’auteur arrive en quelques lignes, à nous embarquer dans son univers et, à ne plus nous le faire lâcher. De nombreux bouleversements et des situations inattendues remplissent les pages de ce livre. La fin du roman est assez abrupte et on reste avec beaucoup de questions sans réponses. Mais elles laissent, sans nul doute, matière à faire un 3e tome et c’est ce qu’est en train de faire Fabien Clavel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *