Les ténèbres dévorantes / Laurell K.Hamilton

Les ténèbres dévorantes / Laurell K.Hamilton

Merry Gentry, Tome 7

Quatrième de couverture : « Je suis Meredith NicEssus, princesse Fey, détentrice des Mains de Chair et de Sang, et surtout je suis enceinte de jumeaux, sésame de mon accession au trône Unseelie. Ces enfants à naître ont été engendrés par six de mes gardes mais mon oncle, Taranis, Roi de la Lumière et de l’Illusion, prétend en être le père. Et forcément, ce n’est pas mon seul problème… Conte de fées dites-vous ? »

Avis : Pour vous dire toute la vérité, je suivais cette série essentiellement en raison de ma trop grande curiosité. Je voulais savoir de qui Merry tomberait enceinte et si elle finirait, oui ou non, par monter sur le trône. A la fin du tome 6, notre héroïne est enfin enceinte et, avec cela, l’intrigue de la série est pratiquement achevée. Le tome 7 aurait pu être une fin possible de « Merry Gentry », car l’histoire semble se clore dans ce tome, les derniers éléments de l’intrigue et de l’histoire sont révélés et réalisés.

Ce volume s’est montré, au fur et à mesure de ma lecture, sans grand intérêt. Le style de l’auteur est accrocheur, mais bourré de redondances et de longues descriptions ennuyeuses. L’auteur fait toujours et encore une fixation sur les yeux et les cheveux des hommes de ce livre. Et à la longue cela devient lassant. On trouve ici, moins de scènes érotiques et c’est tant mieux. Je suis peut-être prude, mais je recherchais plus dans ces livres, la part de fantasy et non le côté érotique. Je ne dis pas que je n’aime pas qu’il y ait des scènes de sexes mais je préfère parfois qu’elles soient plus suggérées et sensuelles, que détaillées et à la limite de la pornographie. Du coup, il m’arrivait souvent de sauter ces passages dans les précédents tomes, comme pour ce dernier.

En plus de sauter des passages du livre, j’ai également beaucoup lu en diagonale. Car j’ai trouvé l’histoire superficielle, sans fond, sans intrigue et, l’auteur comble le livre, comme je l’ai dit précédemment, de nombreuses et longues descriptions inintéressantes. Je me suis donc énormément ennuyée. Tout est creux ici, que ce soit l’histoire, l’intrigue ou encore les personnages. L’auteur se contente pour ces derniers de les décrire physiquement. Et c’est d’ailleurs, une réflexion que se fait l’héroïne en se rendant compte qu’elle ne connaît aucun goût de ses amants et gardes du corps, ne serait-ce que question déco.

Un tome décevant, assez mauvais, voire même nul. Le dicton « la curiosité est un vilain défaut » prend ici tout son sens ! Pour les fans de Laurell K. Hamilton, le tome 8 de Merry Gentry est déjà sorti, mais ne compter pas sur moi pour vous en parler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *